Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cyttorak

Le blog de Cyttorak

Menu
Les mémoires de Zeus

Les mémoires de Zeus

9782352940951.gif

Hier soir,  j’ai fini  « les Mémoires de Zeus » chez Bragelonne, écrit par Maurice Druon.

 

Le résumé :

Moi, Zeus, roi des dieux, dieu des rois, je vais vous conter mon histoire… À ceux qui pensent que vivre pour un dieu est aisé, je dis : “détrompez-vous.” Aux mortels qui croient que notre vie n’est que volupté et délices, je dis : “apprenez votre erreur.” Ne confondez pas ce que vous vous voudriez être avec ce que nous sommes. Ayant échappé de justesse
à l’infanticide, à cause d’une prophétie, j’ai grandi seul, caché sur une île. Peu à peu, je suis devenu homme et guidé par ma grand-mère Gaïa, j’ai concocté un plan afin de renverser mon père, Cronos, maître de l’Olympe. Seul, j’ai appris la vie, l’amour, la mort et la colère. J’ai levé une armée, j’ai réveillé les géants, j’ai libéré mes frères et mes sœurs. J’ai accompli mon destin… Vous qui avez oublié, il est temps que je vous rappelle ce que nous avons vécu, alors que l’homme n’était encore qu’un enfant. Moi, Zeus, j’ai fait un long somme… je suis à présent réveillé
.”

Mon commentaire :

Le livre a plusieurs intérêts. Tout d’abord, c’est une manière original de voir les dieux et les évènements de la mythologie grecque au travers des yeux du divin Zeus. Ensuite, ce n’est pas simplement un livre qui relate les faits mythiques, mais qui éveille la réflexion sur certains sujet comme l’homosexualité, l’adultère, le mariage ainsi que la science qui découle de la musique, la remise en cause du monothéisme quelqu’il soit.

C’est un livre intéressant qui nous fait renouer avec le bon parler français ainsi qu’avec l’histoire de la Grèce, voire du monde.

Néanmoins, une petite déception car je m’attendais plus à une narration plus fournie des mythes et des aventures des dieux et à beaucoup moins de transgressions « philosophique ». En fait, je pensais que cela correspondait plus aux métamorphoses d’Ovide, mais dans une adaptation « moderne ».