Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cyttorak

Le blog de Cyttorak

Menu
Nouveaux jeux et figurines

Nouveaux jeux et figurines

J'ai profité de l'anniversaire de femme pour lui offrir un jeux de société : les aventuriers du rails. J'en ai profité pour me prendre Citadelle qui me faisait envis depuis des lustres, ainsi que l'extension d'"Il était une fois",  ainsi que deux figurines qui ont sauté d'elles-même dans ma main. Si si je vous l'assure.

alors présentation des jeux de figurines :

les aventuriers du rail :



À son tour de jeu, chaque joueur a le droit à 1 action parmi 3 possibles :

  • piocher 2 cartes, au choix parmi 5 visibles ou directement dans la pioche: les cartes sont soit d'une couleur précise (jaune, orange, bleu...) utilisée pour construire des lignes, soit multicolores ("locomotive") et peuvent être utilisées comme joker.

  • construire une ligne (dans son intégralité): les lignes ont de 1 à 6 portions (valant respectivement de 1 à 15 points quand elles sont construites), elles sont soit d'une couleur précise, soit multicolores et nécessitent juste le nombre exact de cartes d'une même couleur pour être réalisées. Les lignes sont parfois en doublon, parfois uniques.

  • piocher 3 cartes objectifs, en garder au moins une (mais jusqu'à 3) : on doit relier 2 villes de la carte pour réussir à obtenir un bonus de points (mais un malus si on n'y arrive pas) en fin de partie. Plus les villes sont éloignées, plus la carte rapporte.


Parcourir le réseau tarabiscoté (représentant les Etats-Unis), atteindre ses objectifs et bloquer ceux des autres seront les moteurs des aventuriers du rail... Chaque joueur dispose pour cela de 45 wagons en tout et pour tout, et la partie se termine quand un joueur a moins de 3 wagons.


Citadelles  :



Au début de chaque tour de jeu, chaque participant va choisir d'interpréter pour le tour un personnage doté de capacités particulières. Ainsi l'Assassin va assassiner, le Condottiere attaquer et détruire un quartier, l'Évêque puiser dans les troncs, le Magicien faire des tours avec ses cartes (et celles des autres), etc. Une fois son rôle choisi, le joueur qui interprète le Roi fait jouer les joueurs dans l'ordre de préséance. Chacun pourra soit gagner de l'argent, soit en dépenser pour construire un quartier de sa ville et utiliser son pouvoir spécial. Chaque carte de quartier possède un coût de construction et une couleur (les quartiers marchands en vert, les militaires en rouge, ...).
Le joueur qui pose son huitième quartier le premier déclenche la fin de la partie. Les points sont fonctions du coût de construction et il existe des bonus pour les villes qui possèdent tous les types de quartier, pour le premier à avoir posé son huitième quartier, et ceux qui ont réussi à en poser un huitième avant la fin du dernier tour.


Il est possible de réduire la durée de la partie en limitant les villes à 6 ou 7 cartes seulement.




" Il était une fois... ! " (description du jeu de base) : 

 

« Il était une fois » est un des plus curieux jeux de tous les temps.

Chaque joueur possède au départ des cartes représentant des éléments de contes de fée (une couronne , un monstre, une princesse,…) superbement illustrées par Sophie Mounier et une carte de conclusion (« ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. »). L’habillage du jeu et le dos des cartes ont été dessiné par Florence Magnin et c’est bien.

Le premier joueur qui est narrateur va devoir improviser un conte en plaçant les éléments qu’il a en main, de façon cohérente, et en défaussant les cartes concernées au fur et à mesure. Le but étant de se débarrasser de toutes ses cartes en terminant par sa carte «dénouement».
Si le conteur hésite trop longtemps ou si son histoire manque de cohérence, il doit piocher une carte et son voisin reprend la narration où elle s’était arrêtée.

De plus, si le conteur nomme dans son récit un élément qu’un autre joueur possède en main, ce dernier l’interrompt et devient le nouveau conteur. Bien sûr, il doit quand même tenir compte du récit déjà existant.

Il existe aussi d’autres cartes qui permettent des interruptions sur des thèmes plus généraux. Ainsi si vous possédez une carte Interruption-Personnage, vous pourrez interrompre le conteur dès qu’il parlera d’un personnage quel qu’il soit.

Le jeu peut-être aussi bien joué par des enfants que des adultes. Les joueurs doivent être prévenus qu’il n’est pas aussi facile qu’on le croit de faire un récit cohérent devant un public même connu.

Mais le plus étonnant, reste que si «Il était une fois » est un vrai jeu, le plaisir qu’on y prend ne vient pas du fait de gagner la partie.
Il reste souvent un moment de poésie, d’une histoire souvent oiseuse et drôle que chacun va essayer d’influencer pour la mener à sa propre conclusion.



et maintenant place à deux figurines :


















Maintenant, il faut que j'arrive à convaincre ma femme que j'achète
le Mystère à l'abbaye.